Association des Philippevillois

Languedoc Roussillon

Passer la souris sur menu

stora-2007-village

stora-2007-village

stora-2007-no-comment

stora-2007-no-comment

rue d’austerlitz

rue d’austerlitz

stora-2007-ph9-restaurant-le-phare

stora-2007-ph9-restaurant-le-phare

La-Macaque 2007

La-Macaque 2007

brochettes

brochettes

couscous chez l’habitant

couscous chez l’habitant

des Filivillois chez l’habitant 2009

des Filivillois chez l’habitant  2009

ALAIN et ROGER ET CHEZ L’HABITANT 2009

ALAIN et ROGER ET CHEZ L’HABITANT 2009

FILIVILLE ( skikda ) 2009

FILIVILLE ( skikda )  2009

couscous a bord du bateau d’ALAIN

couscous a bord du bateau d’ALAIN

place marquet

place marquet

le marché couvert 2009

le marché couvert 2009

Le Colisé cinéma Françoise Massoni 2009

Le Colisé cinéma Françoise Massoni 2009

église st thérése

église st thérése

stora-2007-la-macaque

stora-2007-la-macaque

stora-2007-la-macaque

stora-2007-la-macaque

CUTTOLI MAIRE DE FILIVILLE 1940

CUTTOLI MAIRE DE FILIVILLE 1940

cimetiére 2009

cimetiere 2009

archives emplacement des tombes

archives emplacement des tombes

archives des noms et des tombes

archives des noms et des tombes

Capture01

Capture01

Captur06

Captur06

Captur01

Captur01

images

images

10

10

11

11

Nombre de visiteurs

101145
plugins by Bali Web Design

Témoignages

Faites-nous part de vos témoignages via le lien Formulaire de Contact

Association Philippevillois

image001

                                                            Témoignage D’une Compatriote

                        A rapprocher de cet article au sujet des attentats parisiens.

                        Nous vous laissons le soin de comprendre…

                       Rescapé du massacre de la mine D’El-Halia

 

EI-Halia, petit centre minier près de Philippeville, trente-deux personnes sont assassinées dans des conditions barbares.

 

je m’appelle Marie-Jeanne Pusceddu, je suis Pieds-Noirs, née à Philippeville en 1938 de parents français, d’origine italienne. Mes parents étaient des ouvriers; toute ma famille, frères, oncles, cousins, travaillait à la mine d’El-Halia, près de Philippeville. Ce petit village d’El-Halia n’était qu’un village de mineurs, d’artisans qui travaillaient dur dans la mine de fer. Il y avait également des ouvriers arabes avec qui nous partagions, au , moment de nos fêtes respectives, nos pâtisseries et notre amitié. Ils avaient leurs coutumes, différentes des nôtres, nous nous respections. Nous étions heureux. Les « événements d’Algérie » ont commencé en 1954. Mais pour nous, la vie était la même, nous ne nous méfions pas de nos amis arabes. Je me suis mariée le 13 août 1955, nous avons fait une belle fête et tous nos amis étaient là, notamment C…, le chauffeur de taxi arabe que nous connaissions bien… Avec mon mari, nous sommes partis en voyage de noces. Le 19 août 1955, avec mon mari André Brandy (ingénieur des mines employé au Bureau de la recherche minière d’Algérie), nous avons pris le taxi de C… pour rentrer à El-Halia. Pendant le trajet, C… nous dit : « Demain, il y aura une grande fête avec beaucoup de viande ». Je lui répondis : « Quelle fête ? Il n’y a pas de fête ». Je pensais qu’il plaisantait… Le lendemain, 20 août, tous les hommes étaient au travail à la mine sauf mon mari. Il était juste midi, nous étions à table, quand soudain, des cris stridents, les youyous des mauresques et des coups de feu nous ont surpris. Au même moment, ma belle-sour Rose, sa petite dernière Bernadette (trois mois) dans les bras arrive, affolée, suivie de ses enfants, Geneviève 8 ans, Jean-Paul 5 ans, Nicole 14 ans, Anne-Marie 4 ans. Son aîné Roger, âgé de 17 ans, était à la mine avec son père. Avec ma mère, mon frère Roland de 8 ans, Suzanne ma sour de 10 ans, Olga mon autre sour de 14 ans et mon mari, nous avons compris qu’il se passait quelque chose de grave. Les cris étaient épouvantables. Ils criaient : « Nous voulons les hommes ». Je dis à mon mari : « Vite, va te cacher dans la buanderie ! ». Nous nous sommes enfermés dans la maison, mais les fellaghas ont fait irruption en cassant la porte à coup de hache. À notre grande stupeur, c’était C…, le chauffeur de taxi, « l’ami » qui avait assisté à mon mariage. Je le revois encore comme si c’était hier. Il nous a poursuivis de la chambre à la salle à manger, puis dans la cuisine; nous étions pris au piège. C…, avec son fusil de chasse, nous menaçait. Il a immédiatement tiré sur ma pauvre mère, en pleine poitrine, elle essayait de protéger mon petit frère Roland. Elle est morte sur le coup avec Roland dans ses bras, lui aussi gravement atteint. Ma belle-sour Rosé a été tuée dans le dos. Elle gardait son bébé contre le mur, ma jeune sour Olga s’est jetée, dans une crise d’hystérie, sur le fusil, il a tiré à bout portant. la blessant salement. Il nous narguait avec son fusil. Bravement et affolée, je lui dis : « Vas-y ! Tire ! Il ne reste plus que moi ». Il a tiré, fai reçu la balle à hauteur de la hanche, je n’ai même pas réalisé et il est parti.

IL Y A 60 ANS LE MASSACRE DE LA MINE D’EL HALIA

il y aura 60 ans le 20 Aout 1955, qu’un massacre le plus douloureux qu’ait connu l’ALGERIE, à la mine d’EL HALIA à quelques kilomètres de PHILIPPEVILLE. Rappel d’un souvenir pour tous ceux qui ont vécu cette triste journée et les jours qui suivirent. Le 1er RCP après 8 mois passé dans les AURES faisant suite aux évenements du 1er Novembre 54, était revenu pour quelques jours de repos dans sa base arrière au camps PEHAU se situant à mi parcours de Philippeville et de la mine. Par une journée caniculaire, lorsque le directeur de la mine arriva tout affolé, essoufflé ayant parcouru en courant les quelques kilomètres séparant la mine de notre camps pour nous prévenir du drame qui était en train de se dérouler. Ma compagnie étant en état d’alerte fut aussitôt dépêchée sur les lieux. Quelle ne fut pas le spectacle tragique que nous avons trouvé en arrivant, un grand silence, une odeur de feu, aucune présence humaine vivante, aussitôt descendu de nos véhicules nous parcourons fortement armé et rapidement les allées des habitations du personnel de la mine, nous découvrons uniquement des cadavres d’enfants et d’adultes égorgés, une vision apocalyptique, comment des êtres humains puissent commettre des crimes aussi horrible et de cette ampleur. Nous nous trouvions en face d’un ORADOUR-SUR-GLANE, non pas par son ampleur mais par la cruauté et la sauvagerie avec laquelle fut fait ce carnage. Plus nous avancions dans ces allées, plus nous découvrions des corps rien que des corps ensanglantés et des maisons en feu. Combien étaient-ils dans cet état, notre vision ne s’arrête pas là, nous sommes une centaine en train de parcourir en long et en large les habitations, nous restons sur nos gardes car nous nous attendons à tout moment de voir surgir des rebelles mais heureusement ce n’est pas le cas, mais nous continuons à découvrir des corps mutilés à l’intérieur des maisons, des survivants aucuns que des morts, que des morts. Nos esprits étaient ailleurs nous avions tous entre 20 et 22 ans sauf les gradés qui en avaient un peu plus que nous et qui pour la plupart avaient participé à la guerre d’Indochine. Nous avons mis plusieurs jours pour nous en remettre, même 60 ans après j’ai des flashs qui se présentent et je ne peux y échapper. Devant l’ampleur de ce désastre du renfort fut appelé et nous fume relevé vu l’état dans lequel nous étions. C’est au moins 80 corps qui furent ramassés et plus par la suite auquel notre régiment rendit les honneurs lors de la cérémonie des obsèques sur la grande place de PHILIPPEVILLE en présence du gouverneur de l’ALGERIE Jacques SOUSTELLE, aucun représentant du gouvernement de l’époque n’assista à la célébration (les temps ont bien changé aujourd’hui). Le ministre de l’Intérieur était François MITTERRAND qui avait déclaré quelques mois auparavant au début de la rébellion en Novembre 54 « L’ALGERIE C’EST LA FRANCE » et qui révoqua aussitôt le Général GILLES à la suite d’une incartade avec le sous-préfet de BATNA, qui lui ordonna des instructions débiles venant de son ministère. Cette évocation brutale c’est pour montrer à ceux qui n’ont pas connu ce passé douloureux, que des faits semblables se produisant aujourd’hui sur notre sol au Moyen Orient et en Afrique, ne fait que confirmer ce qui c’est passé il y a 60 ans à la mine d’EL HALIA. Yves COURRIERES dans son livre « HISTOIRE de la GUERRE d’ALGERIE » écrira « LE 20 AOUT 1955 UN DATE TERRIBLE, UNE DATE INOUBLIABLE » Si j’écris cela quelques jours avant cette date anniversaire, c’est pour montrer à HOLLANDE et son gouvernement qui sont pour la repentance que des Français enfants et adultes sont morts sous la barbarie d’individus qui surgissent encore de nos jours. Auront-ils le courage de commémorer cette date souvenir. J’en doute

LA LISTE DES VICTIMES DU VILLAGE MINIER DE El HALIA

                                                           Les tués

Atzei Emmanuel 56 ans ; Atzei Conchita ; Atzei Marie-Louise 28 ans ; Atzei Sylvain 19 ans ; Brandy Paul 41 ans
Brandy Rose, 34 ans ; Brandy Roger 17 ans ; Crépin Roger 34 ans ; Vve Crépin Noémie ; Vve Clérin Ernestine 47 ans
De Frino Henri 26 ans ; Degand Clorind 62 ans ; Gaudisio Louis 50 ans
Hundsbichler yves 3 ans, Hundsbichler julien 38 ans ; Hundsbichler Henri 2 ans ; Hundsbichler Marie 9 mois
Menant Julien 56 ans ; Menant Marcelle 47 ans ; Napoleone Yvonne née Atzei 20 ans ; Napoleone Daniel enfant
Paiou Armand 58 ans ; Pusceddu Anna ; Pusceddu Olga 14 ans ; Pusceddu Julien 20 ans
Rodriguez Marie ; Rodriguez François 7 ans ; Rodriguez Jacqueline 4 ans ; Rodriguez Henri 5 ans
Russo Lucrèce 49 ans ; Scarforto Pierre 48 ans ; Varo Martial 26 ans ; Zabatta Josiane, 12 ans.

                                                             Les blessés

Mme d’Agro 55 ans ; Clérin Aline 22 ans ; Clérin Jean-Pierre 15 ans ; Monchatre Monique
Brandy Geneviève 8 ans ; Brandy Marie-Jeanne 17 ans ; Pusceddu Jeanne 10 ans ; Pusceddu Roland 8 ans
Lopez Antoinette ; Capitano Henzo 19 ans ; Bertini Albert 14 ans ; Larivière Alfred 31 ans
Gaudisio Marie ; Requard Claire.

Les disparus

                                               Pusceddu Armand 57 ans ; Serra Claude, 19 ans.

                                             es

 

 

78406806_p

 

 

78404942_p

 

                                         20 aout 1955   Massacre mine EL_HALIA                  78407146_p

78407145_p

 

 

78405021_p

80694074_p

Cimetiére de Philippeviile obséques des victimes du 20 aout

78405019_p

                      Comment elles étaient comment elles sont devenues nos PAUVRES ARCADES

Capture01

                                                               Arcades Année 1900  (photo chateauvert30)

                                                                               Article signé   khider ouahab

Capture02

010

Capture01

Capture03

Capture04

Capture05

Capture06

                                                                                                            /h3>

REPONSE Du BERGER A LA BERGERE

 :roll: Lettre A Roland 

 DOCUMENTS Glanés Sur Le Net

Monsieur, Lors de l’émission « « C dans l’air » » du lundi 7 septembre 2015 traitant des problèmes de migrations, à une question d’Yves Calvi s’interrogeant sur les possibilités de la France d’accueillir 2 4000 réfugiés, vous avez froidement répondu avec codescendance : : «

« « la France en 1962, a bien accueilli, plus d’un million de Pieds- – noirs » » !!!

Permettez- – moi de m’étonner d’entendre de tels propos de la part d d e l’éminent politologue sondologue distingué du PS, que vous êtes !

 Nous sommes de la même tranche  d’âge, vos parents ont servi dans l’enseignement et vous- – même, , êtes né au Maroc en 1941

Vous avez donc par nature, origine  et formation, le recul sur le cours des choses, la culture, et la possibilité de traduire ou analyser objectivement

l’H istoire d e la France. Il ne s’agit donc pas d’un lapsus linguae de votre part. Et n’allez pas dire éventuellement «

« ce n’est pas cela que j’ai voulu dire » ou « « cette réponse, , hors de son contexte, ne traduit pas … etc, etc … les pirouettes de ce genre sont éculées

 et non admissibles Aussi je tiens à vous le dire… les yeux dans les yeux. Vous avez dénaturé volontairement les faits, déformé l’histoire,

et à force de jouer le vieux sage de « « C dans l’air » » devant lequel il est bon de s’incliner pour écouter la docte parole, par vos propos, 

vous avez trompé les intervenants de cette émission ( ( d’ailleurs aucun n’a eu l’outrecuidance de contredire cette énorme contre- – vérité) ),

mais plus grave vous avez voulu mystifier les  téléspectateurs victimes de l’effet Aylan … De quoi parlez- – vous Camarade Cayrol ? ? -

- Faut- – il vraiment vous rappel er qu’il ne s’agissait pas d’un million d’étrangers qui quémandaient un droit d’asile, mais d’ un million de F rançais,

, de compatriotes, contraints de revenir sur l’hexagone, , car la France les avait « « laissé tomber » » comme le paquebot du même nom ? ? – – Faut- – il vraiment vous rappeler  qu’ils avaient du quitter leurs départements d’origines , avec pour les plus chanc eux , une « valise en carton » » , et pour les autres c’est- -à à- – dire la majorité, de modes tes baluchons contenant 150 ans d’existence. – – Faut- – il vraiment vous rappel er qu’il s’agissaient de Français,

qui avec la ° I° Armée du Général de Lattre, étaient venus « des colonies pour défendre le Pays, , avec au cœur une indicible ardeur ? ? De quoi parlez- – vous Camarade Cayrol ? ? – – Faut- – il vraime e nt vous faire remarquer, que ce million de Français n’a pas été accueilli par sa Patrie, bien au contraire. Ce sont eux qui ont du, comme le disent les belles paroles d’une chanson d’ Edith P iaf et qu’ils ont mis en pratique : :

« « je repars à Zéro !
                                         Faut- – il vraiment vous mettre en mémoire les propos tenus par les hommes
                                       politiques de tous bords à leurs sujet ? ? Extraits ? :
                                  – – Deferre « que les Pieds- – noirs aillent se réadapter ailleurs. . Ils fuient ? Tant pis  » ! » » »
                                 – – Louis Joxe, « les Pieds- – noirs vont inoculer le fascisme en France, il n’est pas
                                      souhaitable qu’ils s’installent en France. Qu’ils aillent en Argentine, au Brésil
                                      ou en Australie ! ! » »
                                      spectacle de ces Rapatriés hagards, de ces enfants dont les yeux reflètent
                                      encore l’épouvante des violences auxquelles ils ont assisté, de ces vieilles
                                      personnes qui ont perdu leurs repères, de ces harkis agglomérés restant hébétés » ». …
                                     Faut- – il vraiment vous faire souvenir des invectives de la gauche communiste
                                     qui les caricaturaient, comme des Colons profiteurs ne sachant que faire
                                     « suer le burnous » » . Des dockers CGT de Marseille – – les mêmes courageux qui
                                      avaient a gressé quelques années plustôt nos soldats blessés
                                       rapatriés d’Indochine
                                      ou les squelettiques rescapés des camps Viet – – qui brandissaient des banderoles
                                      hostiles « « les Pieds- – noirs à la Mer », ou qui plongeaient volontairement les cadres
                                     de conteneurs dans les eaux du port avant de
                                      les laisser tomber sur les quais ? ?
                                      C’est pourquoi Camarade Cayrol, s’il vous plait,(et même s’il ne vous plait pas),
                                     sortez un peu de la Doxa marxisto- – tiers/ / mondiste et faites donc preuve d’un
                                      peu plus de professionn n alisme, d’honnêteté, ou au moins de retenue.
                                     La véri té, même si elle vous gêne, est que la France n’a pas accueilli un million de
                                     Pieds – – noirs, un million des siens. Ce sont eux qui ont du s’imposer avec leur
                                    dynamisme et refaire une vie… dans leur pays, car le ur « « chez eux » » initial était
                                     gommé volontaire ment par le mauvais vent de l’histoire. De l’histoire de
                                    France.Celle que vous et vos confrères veulent zapper.
                                    Quant à moi – – comme de nombreux Français je le sais- – devant certaines
                                    prestations télévisuelles affligeantes comme celles que nous venons d’évoquer ,
                                    j’éteins mon téléviseur et allume mon cerveau.
                                   Je souhaite que « l’audimat » mettra les pendules à l’heure ! !
                                   PS … comprendre ici « « Post- – scriptum » » : :
                                  … Je ne suis pas « Pied- – noir », mais voir Photos ci- – jointes s ! !
                                   … je ne veux pas faire pleurer dans les
                                   chaumières de la misère du monde.
                                   … Mais je suis viscéralement attaché à La Vérité.
                                   François Michel Baure.
                                    Colonel (Honoraire) de l’ Armée de T erre.

Capture03_temp

 

 

Capture05

img017 (2)

NOTRE PRESIDENT A ALICANTE

pieds-gif-003

                      Une association de rapatriés regroupant plusieurs communes de l’Hérault s’est rendue à ALICANTE (Espagne

                                                              Une cérémonie a eu lieu au pied du monument en l’honneur des rapatriés (suite à l’exode de 1962 )

                                                              Devant la stèle représentant un « rapatrié avec ses deux valises ».

                                                             C’est en coeur que tous les présents (rapatriés d’ALICANTE.)

                                                             De l’HERAULT et des personnalités présentes) entonnèrent le « chant des Africains »

                                                              Suivi d’un apéritif offert par la municipalité et les pieds-noirs d’ALICANTE et sa région.

                                     Notre Président Etienne TRAVERSO   représentait      l‘A.P.L.R. 

(Association Philippevillois du Languedoc Roussillon) Voir  Photos

Desktop10                                              Le Président  ETIENNE TRAVERSO, Sur La Photo Deuxiéme En Partant De La Droite

 

ALICANTE-CAMPELLO SEPTEMBRE 2016 001

 LE PRESIDENT  DE L’A.P.L.R ETIENNE TRAVERSO

ALICANTE-CAMPELLO SEPTEMBRE 2016 002

 

Capture02
Capture01

 

Capture03                                                                                                  Le Pieds-Noirs  aux valises  ( statue    Square D’ALICANTE )

 

EXPRESIONS UTILISER A FILIVILLE, STORA,ET LA MARINELLE
Comme la région de Philippeville a reçu beaucoup d’immigrés Italiens (surtout des Napolitains, Siciliens, et en plus des Maltais etc..) Il s’est créé un argot fait de mots et d’argot de toutes ces langues avec en plus des mots d’argot français et arabe. sa traduction en bon français. Les mots qui suivent sont des mots qui étaient utilisés a PHILIPPEVILLE stora, la marinelle et aux alentours.
 ACHPETTE 

Ce mot veut dire « ATTENDRE ».Mot d’origine Italienne ou Napolitaine (ASPETTA) => ATTENDS!.

AFFOGUER

 

En général quand on disait ce mot, dans la tonalité de la voix on tro

Mot d’origine Italienne du verbe : « affogare » => se noyer. Affoguer voulait dire:s’étouffer (en avalant de travers).Plus ou moins un souhait malveillant. « Pisque tu m’as fait cette saleté j’espère que ce soir tu t’affogueras avec tes pates. »

AOUAH Manaarf!

‘étonnement. « J’ai péché un congre de 100Kg.. » Aouah? La je pense que d’abord c’était de l’émerveillement puis de l’étouvait soit un ? pour marquer le doute soit un ! pour marquer l’émerveillement ou lnnement suivi d’un grand doute.Aouah!

ARAPEDE ou ARAPELE

L‘arapède ou arapèle (nom donné chez nous) était ce que l’on appelle en France le chapeau chinois ou patelle. C’est un mollusque en forme de chapeau chinois qui se colle au rocher On disait de quelqu’un que c’était une arapède (arapèle) parcequ’ il était collant comme elle. « Ma Fi si tu savais, ce garçon c’est une vraie arapède! « (parler de chez nous z’otres

ATSO

Le vrai mot est « CAZZO » Mot venant de l’Italien mais prononcé sans le « C » qu’il y a devant. Beaucoup utilisé par les Bônois

BADIGUEL

BADIGUEL On dit que c’est un badiguel quand la personne est mal habillée

BAGALI

Origine inconnue. J’ai souvent entendu ce mot prononcé par des maçons et qui demandaient à leur employé de faire du BAGALI (qui pour moi était du ciment tout bête). Mais par extension (comme faire du ciment cela salit beaucoup, on en met de partout) c’est devenu synonyme de saleté.

BALEK

Mot Arabe signifiant : » allez vas t’en » ou « pousse toi » ou « fa de paris moi de la place » ou « Fais du vent » ou « casse toi! ». . Etc

BANGARELLE

Mot d’origine Italienne, vient du mot « BANCARELLA » qui veut dire « kiosque mobile ». Petite voiture faite de toutes piéces par le propriétaire afin d’exercer un petit commerce. Etait monté en général avec des roulements ou avec des roues assez grandes pour ceux qui avaient les moyens et avec en « plusssse » un parasol ou autre protection du soleil pour les plus riches.

BARAKA

Avoir la baraka voulait dire que l’on était chanceux, verni. Mot d’origine Arabe . « Paulo, il a gagné le million à la loterie, quelle BARAKA il a! » BARKA Mot Arabe signifiant : ASSEZ, ça suffit! Quand ou disait : Maintenant BARKA, signifiait à la personne d’en face que cela suffisait comme cela.C’était soit un avertissement soit de dire que c’était assez.  » Dans ma voiture je met 55 litres d’essence et barka! »

BESSIF

Mot Arabe signifiant : par force.  » Les impôts BESSIF il faut les payer. » BEZEF Mot Arabe signifiant : beaucoup. ais je crois que l’on entendait le plus souvent: « Y en a pas BEZEF. » « En fait il n’y a pas grand chose. »

BIZLOUCHE

C’est trés certainement une dérive du Français! Quelqu’un qui louche ou qui a une coquetterie dans l’oeil. Nous disions aussi : « Il a un oeil qui vole les Zlabias pendant que l’autre y fait la tioua

BLABLIS OU BLIBLIS

Pois chiches grillés et colorés. Servis quelque fois en KEMIA. Cela passait mieux avec une anisette

BOMBE

Faire la bombe ou la Nouba, c’était faire la fête, bien manger bien boire et bien s’amuser. BONNE FRANQUETTE

BOUJADI

Mot d’origine Arabe. Quelqu’un qui n’y connait rien ou pas grand chose et encore.Quelqu’un qui vient de sa cambrousse. Qui vient carrément de son trou , Mais d’ou tu sors, toi, t’y es un vrai boujadi

BRIAGOUNE

Vient de l’Italien « BRIACOUNE » qui a la même signification que la nôtre. C’est quelqu’un qui a le T.O.C du coude qui se lève souvent

BROMEGE

Mixture souvent malodorante pour attirer le poisson quand on pêchait au bord de l’eau, d’une jetée et pourquoi pas d’un bateau Le bromège était fait de diverses manières On mettait du sable (pour pouvoir lancer un peu plus loin et pour faire corps) Des tête de sardines bien mure avec les boyaux On écrasait tout cela et on mélangeait bien, on en faisait plusieurs boules que l’on jetait à l’eau (bonjour le nez)

CAGASOTE

Désigne un petit merdeux.Une personne sale

CALAMAR

Va va t’en de la CALAMAR que ti es, ti es tellement bête que même tes espadrilles elles pleurent sur ton sort. Entre nous qu’est ce j’aimerais manger un CALMAR ou encornet farci de la bas, comme chez Michel TORRENTE A STORA

CAOULADE

ou kaoulade ? Finir TOUT LES RESTES DES REPAS DANS Même Assiette

ou justifier Une Embrouille

CARAMOUSSES

Lupins traités dans une saumure, servis parfois en Kémia dans les cafés ou chez soi pour l’apéritif. (appelés « tramousses » dans l’Algérois et l’Oranie ».

CARROUTSELLES ou carriole a roulements

Voiture à roulements que les enfants construisaient eux-même. Les carrioles de Philippeville avaient 4 roulements,ont descendait la rue d’AUSTERLITZ

CHOUF

Mot d’origine Arabe signifiant REGARDE. Mais le CHOUF est quelqu’un qui surveille quelque chose

CHPAK

On traitait quelqu’un de CHPAK quand ce dernier jouait les matamores fanfarons ou quelque chose du même tonneau. On disait aussi : il fait le maque.

COULO

Mot qui vient de l’Italien (CULO) et qui signifie les « FESSES ». Normalement chez nous on traitait quelqu’un de COULO si c’était un homosexuel mais il y avait une autre signification qui ne s’adressait pas forcément à un homosexuel, cétait une injure à l’adresse de quelqu’un qui nous avait joué un tour de cochon

CROC

Vient peut être du Français CROC mais chez nous , nous le prononcions CROQUE. l’instrument à 3 hameçons qui permettaient plus de chance d’attraper les poissons (en général le CROQUE était en bas d’une ligne tenu par un bambou ou d’un roseau qui faisait office de canne à pêche).

CUILA LA.

Cuilala il est bizlouche. (Celui-la louche, autrement dit dans le langage fleuri de chez nous: il a un oeil qui QUI REGARDE STORA ET L’AUTRE LA PLACE MARQUET (A Alger on dirait : un oeil qui vole les zlabias et l’autre qui tape la MATA)

FAZOLE

FAZOLE vient de l’Italien Fagioli veut dire haricot qui est comme chacun sait le roi des légumes, car il fait péter l’oignon. Il y avait donc un plat très connu: « les pastes et fazoles ». C’est un plat qui tenait bien au ventre et qui faisait découvrir quelques talents de « musiciens » rustiques et odorants.

FLOUSSE

Le « flousse » c’est l’argent, le fric, le pognon, la fraîche, le blé, l’oseille, les tunes

FROTTOIR

FROTTOIR Voila une expression que pourtant j’entends souvent mais que je n’ai pas pensé à mettre dans le vocabulaire alors que c’est une expression typiquement pied-noire. Ici le frottoir peut être une quantité d’autres choses mais certainement pas l’instrument à laver le sol ( le parterre!) Qu’est ce que le frottoir: c’est un instrument de ménage composé d’un manche et d’un morceau de bois dur carré dans lequel vient se ficher le manche , sur ce morceau de bois nous mettons une serpillière pour laver le parterre,( le sol)

GAGADOUR

Signifiait la sortie d’un égout en mer.Endroit trés sale. Beaucoup de pêcheurs posait leurs lignes aux GAGADOURS,Aprés la gare route de Jeanne d ‘Arc, car la les poissons étaient bien gras surtout les mûlets , et pour cause!

GAMATE

La gamate était le récipient rectangulaire (auge à ciment) dans lequel on gachait du plâtre ou du ciment donc pas quelque chose de fin. Signifiait que quelqu’un jouait vraiment mal. (dans n’importe quel jeu).ou bon a rien

GANTCHE

GANTCHE Mot d’origine Italienne (GANCIO) => CROCHET. Objet qui permettait de ramasser les oursins à partir du bord ou d’un bateau. Pouvait aussi servir moyennant un petit aménagement pour cueillir les figues trop hautes, hors de portée. Ce mot avait une autre connotation qui s’appliquait à quelqu’un d’un peu biscornu, bossu etc Tu l’as vu celuilala, il est tout GANTCHE.

ZOUZGUEF

 

Faire un coup de ZOUZGUEF c’était avoir quelqu’un. « Il a voulu m’avoir mais je lui ai fait un coup

de ZOUZGUEF et il ne s’en est pas aperçu.

LE VOCABULAIRE DE CHEZ NOUS Z’OTRES « Filiville-Stora-La Marinelle »

ADAKMAKANE (et mon chapeau ) = Un point c’est tout !AÏWA = oh la la!

ANDA = En avant (aussi ANDARE) Faire andare et revenir c’est faire des vas-et-vients ( sur la place marquet) AOUAH ? = Pas possible ?

AOUF = A l’oeil – Gratis AOUFISTE = Profiteur AZRIN (vas chez Azrin’) = Ange de la mort, chez les Arabes

BADJOK = Dingue

BAGALI = Désigne généralement un travail salopé

BALEK = Attention

BARAKA = Chance

BARBOUCHA = Barbouillé – Sale

BARKA = Assez

BAROUFA = Bagarre – Dispute- Grand bazar

BESSIF = Par force

BEZEF = Beaucoup

BLIBLI = Pois chiches grillés Dans notre coin on disait bla-bli.

BLOFFE = Mensonge. BLOFFEUR = Menteur.

BOTCHA = Coup,

BOUFFA (Etre de Bouffa) = être saoul

 

BOULARIA = Barbu

BROUMITCHE = Appât pour la pèche Chez nous se disait Bromège

CABASSETTE = Couffin

CAGATE-CAGADE (c’est la cagate) = Chiasse Se disait aussi pour les catastrophe. J’ai perdu mon portefeuille, quelle cagade!

CANUSSE (quel canusse !) = Belle fille

CALBO = Chauve

CALBOTTE = Coup

CAOUETE = Débrouillard – Coquin – malin – rapporteur

TCHATCHATAROUNE = Bavard

Mouchard CHOUFFER = Faire le guet – Epier

CLAOUIS = Testicules

DACHE (aller chez Dache) = Aller au diable

FARTASSE = Chauve – crane rasé

FRANGAOUI = Métropolitain

FROTTER = Flirter – se bécoter

GALOUFA = Attrapeur de chiens

GAMATE = Bon à rien GANDOUL = Paresseux GANTCHO

GATZ = Sexe masculin

GAVATCHO = Individu mal fagoté – GAZOUZE = Limonade

GIGASSE = Grande fille

GUITCHE= Qui louche

JOBAS= Cinglé

KEMIA = Amuse-gueule servi pour l’apéritif

LAOUERE = Bigle

 

LOUBIA = Préparation à base de haricots et de cumin

MOUTCHOU = Epicier mozabite

OEIL (avoir un oeil qui fait la mata pendant que l’autre tape les zalabias)= louche

OUALLOU = Rien – Peau de balle

OUELA = vieille OUELO

PATAOUETE = Langage des Européens d’Afrique du Nord

PATOS =Français de métropole

Chkoumoune)= Malchance

SLOUGHI = Maigrelet comme le chien du même nom.

SOI SOI = C’est très bien

SPOUNTCHA = Masturbation) =

TAFANAR = Gros derrière

TAWATTE=Tire- boulettes, lance pierres

TCHAKLALA = Tapage – Tumulte, esbrouffe, frime


TCHIK-TCHIk

TCHIK_ TCHIK = Dé du jeu de dés ou petites cartes enroulées

JOURNEE DU 22 SEPTEMBRE 2015 A AIGUES MORTES

Ils sont venus,de TOULON, la seyne sur mer,LYON,MACON, ils sont tous là…..

Une magnifique journée attendait les philippevillois du LANGUEDOC ROUSSILLON et d’ailleurs.

Une journée qui a enchanté les participants.

Celà a commencé par une visite en bateau des canaux d’Aigues Mortes et du Grau du Roi. Au passage un arrêt dans une manade

avec démonstration des cavaliers pour un parcage des taureaux en liberté.Les « OLE » fusaient.

Retour pour 13 heures à AIGUES MORTES où un repas traditionnel du pays nous attendait :

- Kir de bienvenue

- Soupe de poissons accompagnée de sa rouille et de ses croutons

- Gardianne de taureau accompagnée de riz camarguais

- Tarte aux pommes suivie d’un café

Le tout, bien sûr, accompagné d’un bon vin de pays.

A 15heures, découverte du Domaine Royal de JARRAS, plus grand domaine viticole d’Europe, en petit train.

La journée se termina sur une bonne note et à la satisfaction de tous.

LE PRESIDENT

Etienne TRAVERSO

DOMAINE DE JARRAS VINS DE LISTEL

 

Captur25
SDC10845
SORTIE AIGUES MORTES SEPTEMBRE 2015 012
SORTIE AIGUES MORTES SEPTEMBRE 2015 009
SORTIE AIGUES MORTES SEPTEMBRE 2015 006
SORTIE AIGUES MORTES SEPTEMBRE 2015 004
SORTIE AIGUES MORTES SEPTEMBRE 2015 002
SD200
200
SDC10745
SDC10870
SDC10796
SDC10802
SDC10801
SDC10804
SDC10799
SDC10775
SDC10751
SDC10760
SDC10757
SDC10763
SDC10765
SDC10764
SDC10756
SDC10748
SDC10747
SDC10791
SDC10838
SDC10823
SDC10828
SDC10829
02
17_temp
Capture01

Basilique Saint Augustin BÔNE (ANNABA) 28 aout Lalla Bouna en fête pour Saint Augustin. … un millier de personnes sont attendues à la basilique de Annaba pour fêter saint Augustin … SAINT AUGUSTIN, la basilique (Bône/ANNABA)

téléchargement

TN-19-P1010499

TN-18-P1010496

téléchargement (3

téléchargement (4)

téléchargement 5

Capture01

Capture02

Capture03

Capture05

Capture06

 

dramont_01

Capture02_temp

              TEL 04 94 82 02 29

pieds-gif-003

   OUVERTURE DU RASSEMBLEMENT

 

CLIQUE GAUCHE POUR AGRANDIR LA PHOTO ET SUR LA FLECHE DROITE POUR LE DIAPORAMA

P5231497

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

P5231508

P5231497

P5241574

P5241646

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
IMG_0677
IMG_0678
IMG_0695
IMG_0715

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

036

037

039

043

sardine3

 :roll: SAMEDI SOIR VIDEO  A.P.L.R

index

Soirée DIMANCHE VIDEO A.P.L.R :lol:     poissons-32


117
109

111

112

105

106

107

108

059
060

039

043

044

DSC00028

DSC00029 DSC00030

DSC00031

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA
P5231445

       MARIE ET PAUL CUTTOLI     MAIRE DE PHILIPPEVILLE 1929-1949

PAUL ET MARIE CUTTOLI MAIRE DE PHILIPPEVILLE 1929-1949

Captur06

Captur7

BUSTE  Au Cimetiere De Philippeville Photo De 2009

Captur08

 

Capture01Capture02

Capture03

Capture04

Captur8

Capture09

Capture10

 

Capture11

Capture12

Captur13

Captu14

                                            Capture01

Personnalités liées à Skikda  — PHILIPPEVILLE

Henri Nouvion (1862-1945), banquier français, fondateur et administrateur-directeur général de la Banque de l’Afrique Occidentale, y est né ;
Felice Del Santo (1864-1934), peintre italien, y est né;
Émile Morinaud (1865-1952), sous-secrétaire d’État à l’Éducation physique dans les gouvernements Pierre Laval, y est né ;
Louis Haas (1870-1936), peintre.
Edmond Gojon (1886-1935), poète français, y est né ;
Pierre Blanchar (1892-1963), acteur et célèbre musicien de l’entre-deux guerre, ayant notamment joué avec Michèle Morgan dans La Symphonie pastorale, y est né
Hocine Lahouel (1917-1995), homme politique algérien, y est né 17 décembre 1917;
Marcel Gori (1924-2006), écrivain, auteur notamment de L’Algérie illustrée, y est né ;
Ali Kafi (1928-2013), président du Haut Comité d’État de 1992 à 1994, y est né ;
Willy Diméglio (1934-), ancien député de l’Hérault, y est né ;
NOELLE PERNA (MADO LA NICOISE),y est Né
Dalil Boubakeur (1940-), recteur de la mosquée de Paris et premier président du conseil français du culte musulman, y est né ;
Mohamed Maghlaoui (1944-2009), ancien ministre des transports, y est né ;
Ali El Kenz (1946-), sociologue et écrivain algérien, y est né ;
Jean-Paul Céléa (1951-), contrebassiste français de jazz et de musique contemporaine, y est né ;
Malek Chebel (1953-), philosophe et islamologue algérien, y est né ;
Abdallah Djaballah y est né en 1956 ;
Chantal Aumeran, dirigeante syndicaliste française, y est née en 1959 ;
Marie-Christine Saragosse y est née en 1960, proposée par le CSA comme présidente de l’Audiovisuel extérieur de la France (AEF)
Karim Sarroub (1969-), psychanalyste et écrivain, y a situé l’action de deux de ses romans : Racaille et Le complexe de Mohamed.
.Fadel Lakani (1887) Cheikh et marabout de la zaouia des Hansallah !

Embarek LAIFA (1936-),père de la recherche minière en Algérie indépendante, Docteur en géologie minière et ancien responsable de la Sonarem ;
Mahieddine BELOUAHEM (1944-2009) instituteur de la première heure;

                                                                                                   A   PHILIPPEVILLE   STATUE 1893

statue 1893 de Philippeville_--

        PHILIPPEVILLE  1860-1900                                                                                       

1860-1900