Languedoc Roussillon
Passer la souris sur menu
stora-2007-village
stora-2007-village
stora-2007-no-comment
stora-2007-no-comment
rue d’austerlitz
rue d’austerlitz
stora-2007-ph9-restaurant-le-phare
stora-2007-ph9-restaurant-le-phare
La-Macaque 2007
La-Macaque 2007
brochettes
brochettes
couscous chez l’habitant
couscous chez l’habitant
des Filivillois chez l’habitant 2009
des Filivillois chez l’habitant  2009
ALAIN et ROGER ET CHEZ L’HABITANT 2009
ALAIN et ROGER ET CHEZ L’HABITANT 2009
FILIVILLE ( skikda ) 2009
FILIVILLE ( skikda )  2009
couscous a bord du bateau d’ALAIN
couscous a bord du bateau d’ALAIN
place marquet
place marquet
le marché couvert 2009
le marché couvert 2009
Le Colisé cinéma Françoise Massoni 2009
Le Colisé cinéma Françoise Massoni 2009
église st thérése
église st thérése
stora-2007-la-macaque
stora-2007-la-macaque
stora-2007-la-macaque
stora-2007-la-macaque
CUTTOLI MAIRE DE FILIVILLE 1940
CUTTOLI MAIRE DE FILIVILLE 1940
cimetiére 2009
cimetiere 2009
archives emplacement des tombes
archives emplacement des tombes
archives des noms et des tombes
archives des noms et des tombes
Capture01
Capture01
Captur06
Captur06
Captur01
Captur01
images
images
10
10
11
11
Nombre de visiteurs
099362
plugins by Bali Web Design
Témoignages

Faites-nous part de vos témoignages via le lien Formulaire de Contact

Association Philippevillois

la mort du centre ville

la mort du centre ville

Capture01 DOCUMENTS DU JOURNAL EL WATAN

LE QUARTIER NAPOLITAIN

COMPREND LES RUES, DE LA RUE NATIONAL JUSQU’A LA PRISON

Capture01_temp Capture03 Capture04 Capture05 Capture06 Download

LA MORT DE PHILIPPEVILLE (SKIKDA)

Skikda poursuit donc sa lente et longue descente aux enfers comme si, des têtes pensantes avaient décidé d’en finir avec cette ville, jadis, émancipée et si belle.

La Rusicade n’existe plus et Skikda est morte. Comme sa fraise. Comme ses quartiers antiques, ses Arcades, ses rues, ses plages, ses salles de cinéma, ses Hammams, ses terrasses… Tant de richesse et de civilité anéantis par une fougue de ruralité jamais égalée et par la passivité du skikdi aussi.

Skikda c’était une fraise. Une fraise qu’on ne retrouvait nulle part ailleurs et qui ne poussait que sur le sol de Stora et de la Grande Plage. ‘Lemkerkba’, comme la nomme les agriculteurs locaux. Une fraise aux fragrances inégalées, et si succulente, probablement l’une des meilleures variétés au monde. Aujourd’hui, ‘Lemkerkba’ se fait trop petite et passe inaperçue.

Vendredi, donc, les élus qui ne savaient plus comment boucher les trous qui ravagent les rues de la ville ni remplacer des lampes grillées, ont tenté de détourner le débat en inventant une fête de la fraise qu’on a inaugurée par un défilé des plus insipides.

Les élus auraient dû, dans la situation conflictuelle qui mine l’APC, économiser l’argent public pour d’autres vocations. La fête de la fraise de cette année n’avait rien de festif. C’était plutôt les obsèques officielles de Lemkerkba